AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 ARIA ☂ nobody dies a virgin. life fucks us all.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar

FUTURE TUTRICE DE BL APRES LE SUICIDE D'ANTEY


Messages : 517
Points : 473
Date de naissance : 31/10/1988
Age : 29


MessageSujet: ARIA ☂ nobody dies a virgin. life fucks us all.   Dim 17 Avr - 17:38

« zacharie ayana mcgraw »







Je m'appelle Zacharie Ayana McGraw et je suis née le 31 octobre 1988, à Carrigaline, en Irlande. J'ai donc 22 ans 1/2. Le plus souvent, on m'appelle Zach' - ou Aria pour les intimes -, mais je suis bien plus connue sous le nom d'Ayana McGraw. Je suis de nationalité américano-irlandaise, et mes origines sont autrichiennes par mon père et irlandaise par ma mère. Je suis actuellement chanteuse et actrice à Broadway, mais j'ai déjà été chanteuse et actrice à Londres, je débute dans le métier. C'est ce que j'ai toujours voulu être. Aujourd'hui, mon plus grand rêve est de faire le tour du monde. J'aime la musique, le théâtre, le cinéma, la littérature, mais la danse me passionne depuis toute petite et j'aime prendre des photos quand je ne sais pas quoi faire, mais je déteste qu'on ne me dise pas les choses en face, les serpents et tout ce qui est trop superficiel. Je suis actuellement dans une situation un peu compliquée, mais si toutefois vous êtes intéressé, sachez que je suis hétérosexuelle. Ce qui me différencie des autres c'est une gourmette en argent que je n'enlève jamais, une cicatrice en travers du poignet gauche. Souvent, je mordille inconsciemment ma lèvre inférieure. On m'a plusieurs fois dit que j'avais un petit air de Dianna Agron, et me classe parmi les Musical Artists.



Zacharie n'est pas une fille ouverte et enjouée. Elle n'aime pas aller vers les autres et faire le premiers pas. Effacée, renfermée, mystérieuse ; à première vue, c'est comme cela qu'on la voit. Un peu comme une associable en fait. Pas qu'elle soit vraiment comme ça, c'est juste qu'elle préfère être seule qu'entourée d'une foule bruyante et oppressante. Trop de monde la met mal à l'aise ; elle ne sait pas quoi dire, quoi faire et ne se sent pas à sa place. Bien sur, sur scène, c'est différent, mais l'adrénaline, le stress changent tout, mais elle a peur du regard des autres et préfère se fondre dans la masse plutôt que d'être le centre d'attention. Pour continuer sur les défauts, Aria est une pure perfectionniste. Elle ne laissera rien ni personne l'empêcher de finir ce qu'elle a commencé et, derrière les apparences, elle n'est ni naïve, ni le genre de fille qui se laisse marcher sur les pieds.. Enfin, elle a une fâcheuse tendance à toujours rejeter la faute sur elle-même et à se chercher des défauts sans arrêt. Pour passer aux qualités, les amis proches de la jeune femme vous diront que tout le monde peut se confier à elle. Elle aime effectivement écouter les autres et les conseiller - bien qu'elle n'aime pas plus que ça de devoir parler d'elle-même. Mentir n'est pas dans ses habitudes et elle sera toujours franche avec ceux qu'elle aime et même en dehors. Comme on dit "Il n'y a que la vérité qui blesse". Aria garde toujours son calme dans les situations complexes et sait faire preuve d'un grand self-control quand il s'agit de ses émotions propres, c'est pourquoi elle est si difficile à comprendre et qu'elle met du temps à accorder sa confiance à quelqu'un. Zacharie a grandi avec les valeurs fondamentales de la famille et elle est très fondée sur la solidarité. Effectivement, elle a deux frères et trois s?urs. Elle ne laisserait jamais tomber même sa pire ennemie dans l'adversité si on avait besoin d'elle. Ce qu'elle aime ? Marcher sous la pluie, une soirée séries-nutella avec sa meilleure amie, relire un bon vieux Shakespeare, sortir dans Manhattan et photographier tout ce qui passe dans son champs de vision - parce que la blondinette a beau vivre sa vie à fond, elle s'accroche tout de même à ses souvenirs. Ce qu'elle déteste ? Qu'on parle d'elle derrière son dos, les gens qui passent leur temps à se moquer des autres, les grosses fêtes (elle n'est pas contre trois ou quatre soirées par mois mais elle n'est pas vraiment du genre fêtarde) et ceux qui regarde la télé avec le son trop fort ; et elle également phobique des serpents depuis que Jeremy, son grand-frère, en a caché un dans son lit pendant qu'elle dormait alors qu'elle avait six ans.






« Dis-moi, d'où te vient cette passion pour la musique ? » J'ai toujours aimé la musique. Déjà enfant je m'enfermais dans ma chambre pour danser et chanter. Mais j'étais timide, pas vraiment le genre de fille qui va vers les autres, et je préférais de loin rester chez moi avec mon lecteur CD Hello Kitty plutôt que d'aller à l'anniversaire de telle ou telle gamine extravertie et gâtée. La musique, ça provoquait en moi quelque chose de différent. Je me sentais bien, tout simplement. Alors je ne sais pas vraiment d'où me vient cette amour pour la musique. Je sais juste que c'est une partie de moi qu'on ne pourra jamais m'enlever. « Quand as-tu su que tu voulais faire ta carrière à Broadway ? » Je crois que je ne l'ai su que lorsque je suis rentrée pour la première fois dans ce théâtre à New York pour les auditions de Wicked. Non, en fait ce serait plus lors de la première représentation. C'était tellement fort, tellement plus magique que tout ce que j'avais fait jusqu'alors... Et je me suis dis que c'était ça que je voulais faire. Même après la dixième représentation, je ne m'en lassais toujours pas. Je n'arrive même pas à mettre de mot sur la sensation que j'éprouvais à ce moment là. « Comment as-tu fini par devenir ce que tu es aujourd'hui ? » La réponse ? Ma s?ur, Nolla. Sans elle je n'aurais jamais trouvé le courage de me lancer dans le monde du spectacle. C'est elle qui cherchait les auditions et qui me faisait travailler mes rôles. Combien de fois ai-je entendu "Aria ! Bouge tes fesses ! Comment tu veux t'améliorer si tu bosses pas un peu ?!" le samedi à huit heures... Elle m'a appris à avoir confiance en moi et à surmonter le stress. C'est vraiment grâce à elle que je suis là. Sinon, effacée et timide comme je le suis, je ne serai surement pas allée loin... « Quel est ton style, en dehors de Broadway ? » Eh bien, la plupart du temps, les gens sont assez étonnés quand je leur dit que j'aime assez le rock et le metal. Bon, d'accord, c'est vrai que ça ne colle pas trop avec mon style et mon caractère, mais qu'est-ce que j'y peux ? Je ne suis pas fan de la musique pop, c'est un peu trop joyeux à mon goût. C'est ça que j'aime dans le rock ; ça colle plus à ma vision de la vie. Le rap et le r'N'b ? Je ne supporte pas, mais comme on dit, chacun son style. Le classique ? Très peu pour moi ; Debussy, John Williams, Yiruma, ça passe encore, mais on ne me verra jamais écouter du Bach ou du Beethoven. Quand j'ai besoin de sortir un peu de l'ambiance "tout va bien, on s'éclate" des comédies musicales - pas que ce soit un reproche - je repasse les albums de Joan Jett, des Beatles ou encore de Linkin Park en boucle. « Ta comédie musicale préférée ? » West Side Story est, il me semble, la comédie musicale qui m'a le plus marquée, tant par le choix du sujet qu'elle traite que par les musiques qui l'accompagne. J'ai du bien la voir cinq fois ou six fois en représentation et je ne m'en lasse toujours pas. C'est une comédie à laquelle j'aimerais vraiment participer. « Parle moi de ton parcours dans le milieu. » Je ne suis pas célèbre. Je suis encore une débutante. Pour l'instant, ma carrière musicale se résume à quelques rôles dans le West End, à Londres. Je ne me sens pas encore prête à tenter un rôle principal. Actuellement, j'ai décroché le rôle de Glinda dans Wicked, et ça a déjà été un choc quand on m'a annoncé que j'été retenue. « Tu as des projets en ce qui concerne ta carrière ? » Si j'avais à choisir entre la musique et le cinéma, je pense que je choisirai le cinéma. J'aurai du mal à gérer un carrière consacrée uniquement à la musique. Mais je ne parle pas en connaissance de cause étant donné que pour l'instant, je ne vise qu'un futur proche et que ce futur proche se résume à Broadway. Si je n'ai pas la chance de continuer cependant, pour X ou Y raison, j'aimerais faire des études de photographie. Bien sur, tant que le monde du spectacle me reste accessible, je n'ai pas à me plaindre. « Que penses-tu de ta vie actuelle ? » Contrairement à ce que je pensais, devenir "célèbre" n'a pas changé grand-chose dans ma vie. Je continue de vivre ma vie tout comme je le faisais avant, en Irlande. Et je ne vais pas dire le contraire, moi qui ai toujours plains les célébrités, traquées vingt-quatre heures sur vingt-quatre par les paparazzis, qui n'ont aucune vie privée. Non, ma vie actuelle me convient très bien. « Comment décrirais-tu ta voix ? » Ce serait mensonge que de dire que j'ai une voix merveilleusement belle. Antey, elle peut dire ça. Pas moi. Mais j'ai tout de même une jolie voie. Ce n'est pas de la prétention, c'est un fait ; de toute façon, je ne serai pas à Broadway si je chantais comme une affreusement faux. Le problème est que je n'ai pas une voix qui s'affirme, pas une voix puissante. Niveau timbre, je dirais que je me situe entre alto et soprano, tirant quand même plus sur les sopranos. Je n'ai aucun mal à imiter la façon de chanter de telle ou telle grande chanteuse mais ma personnalité ne s'affiche pas dans ma voix. Heureusement, je peux compenser tout ça par la danse.


Dernière édition par Zacharie A. McGraw le Lun 18 Avr - 14:19, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

FUTURE TUTRICE DE BL APRES LE SUICIDE D'ANTEY


Messages : 517
Points : 473
Date de naissance : 31/10/1988
Age : 29


MessageSujet: Re: ARIA ☂ nobody dies a virgin. life fucks us all.   Dim 17 Avr - 17:39

« the story of a legend »






Mercy University Hospital, Service Psychiatrique a écrit:
NOM ; MCGRAW
PRÉNOM(S) ; ZACHARIE KATHREEN AYANA
DATE DE NAISSANCE ; 31/11/1988 (15 ANS)
LIEU DE NAISSANCE ; CARRIGALINE, IRLANDE

SUIVI GÉNÉRAL
TAILLE ; 1 M 64 CM
POIDS ; 41 KG
POULS ; 63 P/M
TENSION ; 11-7 CMHG
GROUPE SANGUIN ; A+
ANTÉCÉDENTS MÉDICAUX ; /

SUIVI PSY
TROUBLE ACTUEL ; AMNÉSIE RÉTROGRADE (ORIGINE : PSYCHOLOGIQUE)
TROUBLE(S) ANTÉRIEUR(S) ; TENTATIVE DE SUICIDE



chapitrepremier

Le glissement du métal contre son poignet. Des points noirs dansants et des tâches rouges grandissantes tandis qu'elle tombait, sa tête heurtant avec une violente douceur le parquet. Le bourdonnement prétentieux du silence envahissant la pièce. De son regard noisette, elle fixa paisiblement le lustre, rythmé d'un doux balancement, au dessus d'elle tandis qu'à sa droite, les rideaux gonflaient, tel des nuages cotonneux prenant le large. Dehors, on pouvait entendre les oiseaux chanter et les enfants rire, comme si ce matin d'été-là était un matin d'été comme les autres. C'était faux bien sur. Ce matin-là était différent. Il était parfait. C'était la fin d'une vie. La fin d'un chapitre pour mieux continuer par la suite le grand livre de l'éternité. La fin, tout simplement. L'abandon de l'angoisse, de la colère, l'abandon de la tristesse, l'abandon de la peur et l'acceptation de la confiance, l'acceptation de l'espoir. Un espoir nouveau.
    La vie est un sommeil et la mort est le temps du réveil.
Dans un soupir, Zacharie ferma les yeux, se sentant partir, le sang coulant dans la cascade de ses cheveux blonds tout comme le faisaient les quinze années de sa vie, glissantes, vers le néant. Quinze années de bonheur, douloureux bonheur qui l'avait finalement trahie, lui laissant croire qu'il y avait une chance alors que tout était déjà terminé. Et elle s'était finalement retrouvée toute seule, et c'est encore seule qu'elle gisait là, sur la parquet de sa chambre alors qu'elle ne sentait plus ses pieds quand elle bougeait ses orteils. Elle n'avait pas pensé à la réaction de ses parents. Ni à celle de Jeremy, Kalvin et Morgann, ses frères et sœurs. Soudain, elle s'en voulut de laisser tomber comme ça. C'était égoïste. Mais la vie n'avait-elle pas été égoïste avec elle aussi ? Elle lui avait pris sa moitié, celle qui la comprenait. Elle n'avait plus rien, ou presque, maintenant. Tout ce qu'il lui restait, c'était cette seconde de perfection. Entre la vie et la mort. Celle qui changerait tout.
Deux semaines plus tôt - Bip... Une tonalité. Une seule. Celle qui voulait tout dire. Zacharie releva brutalement la tête vers le l'électrocardiogramme, une main toujours serré sur celle de sa s?ur qu'elle n'avait pas quitté depuis désormais deux heures. « Nolla ? Réveille-toi ! Non tu peux pas partir ! » Jeremy, son frère, qui était arrivé à l'hôpital cinq minutes plus tôt, venait de rentrer dans la chambre de Nolla, un expresso à la main. Insignifiant gobelet en carton qui se retrouve, lui ainsi que son contenu, sur la moquette propre de la chambre quelques secondes plus tard. « Non... » Un instant pétrifié par cette vision de ses sœurs, l'une s'escrimant à essayer de ranimer sa jumelle et l'autre laissant là un corps sans vie, il se ressaisit et prit Zacharie dans ses bras pour l'éloigner du spectacle désolant qu'offrait Nolla, jeune cancéreuse originellement blonde et belle, désormais vieillie prématurément par la maladie et son âme voyageant déjà loin de cette chambre d'hôpital lugubre. « Arrête Zach, tu savais qu'elle devrait partir. » « Non, elle ne va pas partir, elle ne peux pas me laisser ! Il faut qu'elle se réveille, pitié dit moi qu'elle va se réveiller... » Mais Jeremy ne répondit pas. Zacharie se laissa glisser contre le mur, des perles salées dévalant ses joues sans qu'elle puisse les contrôler. Le silence de son frère était pire qu'un non. Un non brutal et coupant court à toute éventualité. Parce que c'était ce qu'il se passait. Un mort brutale qui était arrivée, sournoise, pour emporter avec elle Nolla. Un mort définitive. C'était fini. On ne pouvait plus revenir en arrière.
Elle espérait que Nolla, elle aussi, avait ressenti ça. Cet instant de pure soulagement, de délivrance, de plénitude et pourtant de vide. De vie, finalement. Ce déclic, cette seconde où tout bascule. De tout à rien. De rien à tout.


***

Aïe. Ma tête. Elle avait l'impression que sa tête pesait des tonnes et qu'on la martelait continuellement. Où est-ce qu'elle était ? Elle avait oublié... Souviens-toi ! Non, elle ne pouvais pas. Trop dur. Tout ce qu'elle voulait c'était dormir. Non, hors de question ! Si tu veux pas te souvenir alors bouge toi ! Ouvre les yeux. Non. Qu'on la laisse tranquille ! Pourquoi est-ce qu'on s'acharnait à la harceler de la sorte ? "Laissez moi !" Bien sur, pour que tu recommences tes conneries ? Allez, ouvre les yeux ! Lentement, très lentement, elle ouvrit les yeux. Millimètre par millimètre, elle sentit des pigments colorés envahir ses iris. Jetant un coup d'?il au décor environnant, elle nota des murs peints en blanc, des ordinateurs bruyants à tel point qu'elle avait l'impression qu'on lui plantait un clou dans le crâne à chaque bip. Il y avait un gilet bleu posé au bout du lit dans lequel elle était allongée et, sur la table de chevet, un gros appareil photo et une petite gourmette. Qu'est-ce qu'elle pouvait bien faire ici ? Que c'était-il passé pour qu'elle atterrisse dans ce qui ressemblait à un hôpital ? Elle... "Qui suis-je ?" L'adrénaline parcourant violemment ses veines, elle se redressa d'un coup dans le lit et sentit la chaleur gagner son visage. La panique la gagna alors que mille questions parcouraient son esprit. "Mon Dieu, je suis perdue. Moi. C'est qui moi ? Je suis qui ? Qu'est-ce qu'il m'est arrivé ? Je suis toute seule ? S'il-vous-plait, aidez moi, je dois savoir !" Sur des jambes hésitante, elle se leva et, d'un démarche tremblante, poussa lentement la porte de la chambre. Face à elle, un homme, une femme et un adolescent parlaient avec un médecin. Assis sur des sièges près d'eux, une petite fille et un jeune garçon. Soudainement, ils se retournèrent vers elle. L'adolescent se précipita vers elle « Zach, on a eu tellement peur ! Qu'est-ce qu'il t'as pris, t'es complètement folle ?! » Il la serra dans ses bras mais elle se dégagea violemment, et fixa quelques secondes le jeune homme avant de s'enfuir en courant, six paires d'eux rivées sur elle. Elle s'enferma dans les premières toilettes qu'elle trouva. Qui était-il ? Qui étaient-ils tous ? Pourquoi est-ce qu'ils l'avaient regardée du même air empli d'espoir ? Elle se laissa glisser contre la porte qu'elle avait verrouillée. "Je ne peux pas avoir oublié, non, non, NON !" Elle remarqua un évier et se releva pour passer de l'eau sur son visage. Elle redressa la tête et tomba face à un miroir. « Oh mon Dieu... » chuchota-elle. Une jeune fille, d'environ quinze ou seize ans, la regardait d'un air effrayé, angoissé et... perdu. Un nez droit, un teint de porcelaine et des yeux noisettes bien que rougis d'avoir trop pleuré s'affichaient devant elle, comme pour la narguer. Elle avait de fins cheveux blonds légèrement bouclés bien que pour l'instant emmêlés et où l'on pouvait déceler quelques mèches rouges de... De quoi ? De sang ?? C'était impossible... Bon. Elle inspira profondément. Comment l'avait appelée le garçon ? Zach ? Ce n'était pas un prénom de garçon, ça ? Fronçant les sourcils sans pour autant quitter son reflet du regard, elle passa une main sur sa joue pour effacer les striures qu'avaient laissé les larmes mais s'arrêta dans son geste. Un bandage enserrait son poignet. Qu'est-ce que c'était que cette histoire ? Zach comme elle se faisait apparemment appeler, avait du mal à respirer et son c?ur battait beaucoup trop vite. La sueur perlait à son front et ses mains tremblaient violemment. Il ne fallut plus longtemps avant qu'elle ne perde connaissance et que des coups viennent marteler la porte, incitant la jeune fille inconsciente à l'ouvrir.


***

Quelques heures plus tard - « Qui je suis ? » « Jeremy, arrête. » « Non, je veux savoir. » La blondinette venait de se réveiller encore une fois dans le même lit d'hôpital, espérant que ceci n'étant qu'un rêve mais tout était bien réel. Elle était assise en tailleur sur le lit et les cinq personnes ainsi que le médecin se tenaient en face d'elle. Le jeune homme qui l'avait prise dans ses bras était assis au bord du lit et la fixait.
    L'angoisse. Réaction inévitable de l'être face à l'inconnu qui l'enserre.
« Zach, qui je suis ? » Sentant que les larmes lui montaient de nouveau aux yeux, elle hésita. « Je... Je... Ne sais pas. » C'était comme si un nuage d'orage avait envahi le visage du garçon et, bien qu'elle ne le connaisse pas, cela lui brisa le c?ur. Tant de tristesse la rendait malade. La femme derrière lui - la femme de ces enfants sans doute - prit la parole. « Tu ne te souviens de rien ? » Zach secoua lentement la tête et tous sortirent de la pièce sans un mot. Perturbée de les voir ainsi tous l'abandonner, la jeune fille se leva dès qu'ils eurent passé la porte et colla son oreille à celle-ci pour saisir des bribes de conversation. Tout oublié...? Peut être... Traumatisme... Nolla ? ...suicide, c'est impossible ! Non... Amnésique...? ... Thérapie ? Vous êtes sur ? Zach sursauta en entendant des pas près de la porte et courut s'allonger dans son lit, faisant mine de dormir. Les minutes passèrent, cinq, dix, trente, silencieuses, interminables, et personne ne venait. Une heure plus tard enfin, elle s'endormit pour de vrai.



chapitresecond

« Je m'appelle Zacharie McGraw, mais on m'appelle plus communément Zach. Mes amis m'appellent même Aria. J'ai presque 16 ans et je suis née le 31 octobre 1987. J'habite à Carrigaline, en Irlande. Si je suis à l'hôpital en ce moment, c'est parce que j'ai perdu la mémoire suite à un traumatisme. On ne m'a pas précisé lequel. On m'a dit qu'il valait mieux pour moi que je l'ignore. Ce que j'aime, c'est danser, chanter, le théâtre, la littérature et tout ce qui touche aux arts en général. Je déteste les serpents. Mes parents s'appellent Valesca et Jonathan McGraw. J'ai deux frères et une sœur. L'aîné, Jeremy, a deux ans de plus que moi, il a presque dix-huit ans. On s'entend vraiment bien à ce qu'il parait. Kalvin a trois de moins que moi, il vient de fêter ses treize ans. Morgann, c'est la petite dernière. Elle a huit ans. Elle adore jouer avec mes poupées de quand j'étais petite. Pourtant, on ne m'a pas dit que j'aimais les poupées. Et à ce que je sache, Morgann et moi sommes les deux seules sœurs de la famille. Ensuite je... » « C'est bon Zacharie, ça suffit pour aujourd'hui. » Zacharie inspira profondément et se laissa aller dans le fauteuil en cuir de sa psychologue. Elle se sentait stupide, à déblatérer ainsi la vie d'une jeune fille qu'elle ne connaissait en rien. Mais c'était la seule façon pour qu'elle puisse sortir d'ici. Il fallait qu'elle fasse des progrès.
    Je crois que l'on apprend et que l'on progresse sans arrêt. Nous sommes sans cesse mis à l'épreuve.
« Tu as fais beaucoup de progrès au cours de ces  trois dernières semaines, c'est bon signe. Je pense que tu seras bientôt prête à sortir. » Parfait. Exactement ce qu'elle voulait entendre. Elle avait envie de sortir de cet hôpital qui sentait la mort, la folie et la dépression. Elle voulait être chez elle. Même si elle ne savait pas vraiment où était chez elle, elle voulait juste trouver un foyer. Un endroit calme, simple. Où elle pourrait s'allonger sans qu'on s'inquiète de savoir si elle allait bien. Un endroit où elle pourrait vivre sans qu'on lui pose de questions auxquelles elle ne connaissait en rien la réponse. En fait, elle voulait juste vivre. Elle voulait vivre une vie simple. Vivre une vie même si ça voulait dire la vivre dans le corps d'une autre, d'une inconnue. Elle voulait juste vivre.


***

Quelques jours plus tard, chez le McGraw - Toc toc toc. Zacharie hésita. Il était huit heures quinze, un jeudi matin, pendant les vacances. Elle n'avait pas été en cours depuis son "accident" pour des raisons évidentes et puis elle était hospitalisée et n'avait pas le droit de sortir du service psychiatrique. Mais après ces vacances là, il faudrait qu'elle retourne au lycée. Finalement, elle se décida. « Entrez ! » Jeremy poussa doucement la porte de la chambre de sa sœur et trouva cette dernière assise en tailleur sur son lit à fixer le paysage dehors. « Désolé de te dérangé mais j'ai pensé que tu voudrais avoir ça. » Jeremy s'assit au bord du lit de Zacharie et posa un gros appareil photo devant elle. Face à son air perplexe, il ajouta « Tu... L'ancienne Zacharie, elle aimait prendre des photos. Elle photographiait tout ce qu'elle voyait. C'était sa passion. Et comme ce n'était pas spécifié dans ton dossier médical j'ai pensé que... » « Merci, Jeremy. » Zacharie sourit et pour la première fois depuis qu'elle s'était "réveillée", elle se sentit à sa place. « Bon alors je te laisse. » Il se leva et jeta un dernier coup d’œil à l'appareil photo avec un air si nostalgique que Zacharie en eu les larmes aux yeux. Le jeune homme sorti et au moment où il s'apprêtait à fermer la porte, la blondinette eu enfin le courage de lui dire ce qu'elle pensait depuis le début. « Je suis désolée. De ne pas être comme elle. » Jeremy lui sourit mais même son sourire faisait mal à voir. Il ferma finalement la porte, laissant là Zacharie face à cet appareil photo. Elle dut rester là bien une heure, à fixer l'objectif qui semblait la narguer. Elle n'osait pas le prendre. C'était le seul lien qu'elle avait avec l'ancienne Zacharie et elle ne voulait pas le briser. Enfin, après cette heure d'hésitation, elle saisit délicatement l'appareil photo entre ses mains tremblantes, seule relique de sa vie passée. Elle l'alluma et l'écran s'illumina dans un dududut sonore. Surprise par la qualité de l'image, elle cadra l'objectif de manière à avoir dans son champs de vision la vue sur le lac qu'elle avait depuis sa fenêtre. Elle appuya sur le bouton du dessus et un flaasht retentit. La jeune fille sourit malgré elle et pressa le bouton pour visionner les clichés. Elle aperçut la photo qu'elle venait de prendre - la lumière n'était pas très bonne vu qu'elle prenait la photo depuis son lit mais le rendu était convainquant. Elle fit défiler les photos et vit toutes sortes de photos. Des mots, des mises en scènes de jeunes filles - ses anciennes amies surement -, il y avait aussi des photos de Jeremy, de Kalvin, de Morgann, et d'elle même. Elle tiqua légèrement, se demandant comment est-ce qu'elle avait pu prendre des photos d'elle-même. Puis elle tomba sur une photo qui accrocha son regard. Un photo de deux jeunes filles. L'une était assise sur le même lit que celui où elle était actuellement, l'autre se tenait debout près d'elle et semblait chanter. Mais quelque chose clochait dans cette photo. Parce que c'est deux jeunes filles... C'était elle.
Un an plus tôt - « Non Aria ! Tu oublies la troisième phrase à chaque fois ! Vas-y, refait-le. » Zacharie soupira et ne put s'empêcher de sourire. Nolla était assise en face d'elle et la regardait l'air de dire "si tu ne te bouges pas un peu, tu n'obtiendras jamais le rôle !" « I really hope you get it and you don't live to regret it. I hope you're happy in the end, I hope you're happy, my friend. » « Et ben tu vois quand tu veux ! » Un "flaasht" retentit derrière elles et les deux adolescents se retournèrent d'un même mouvement. Jeremy était devant la porte, l’appareil photo de Zacharie entre les mains, l'air angélique. « Jeremy ! » « Jeremy ! Pose mon appareil photo ! » Sans rien dire, il pose l'appareil sur la commode près de la porte et, adressant un dernière sourire éclatant à ses sœurs, il sortit de la pièce. En riant, Zacharie se laissa tomber près de sa sœur. Cette dernière avait retrouvé son sérieux. « Zacharie. Sa sœur fronça les sourcils. Nolla ne l'appelait comme ça que quand la situation était vraiment grave. T'as vraiment une voix superbe. Promets-moi que tu feras des efforts pour être prise à l'audition. Et à toutes les autres auditions que tu passeras. » Se laissant prendre au jeu, Zacharie prit la main de Nolla. « Je ferai de mon mieux. Puis elle ajouta, avec un sourire malicieux, et de toute façon, tu seras toujours là pour me harceler jusqu'à ce que je travaille. » « Je suis sérieuse Aria ! » « Je serai prise. Je te le promets. »


***

Quelques secondes après - Zacharie ouvrit les yeux. Elle était assise en tailleur dans son lit et s'agrippait à son appareil photo. Comment était-elle arrivée là ? La dernière chose dont elle se souvenait c'était... Peut être était-elle morte après tout ? Fronçant les sourcils, elle se leva lentement et marcha jusqu'à la chambre de son frère. Elle frappa à la porte de Jeremy ; deux coups longs et trois coups courts, comme ils le faisaient toujours. Elle entendit Jeremy courir et ouvrir la porte à la volée avant de tomber dans les bras de Zacharie, presque en larmes. « Tu t'es souvenue ! Oh mon Dieu, Zach, tu t'en es souvenue ! » Zacharie retint un sourire et écarta doucement son frère. « Qu'est-ce que tu racontes ? » « Le coup à la porte, la nouvelle Zacharie ne le connaissait pas ! » « Mais de quoi tu parles ? "La nouvelle Zacharie" ? J'étais venue te voir parce que je me suis retrouvée dans mon lit alors qu'autant que je me souvienne, j'étais... Hmm... Tu sais, je voulais retrouver Nolla... Et je n'essaierai plus maintenant, je te le promets ! J'ai senti ce que c'était, de mourir. Je suis vraiment morte Jer', et c'était génial mais je peux attendre encore avant de sentir ça de nouveau. Enfin bref je suis arrivée dans mon lit alors est-ce que j'ai raté un épisode ou...? » Zacharie baissa les yeux sur son poignet gauche. Un fine estafilade encore rouge apparaissait, juste au niveau de la veine. Non, elle avait vraiment attrapé cette lame et entaillé son bras. Elle était vraiment morte. Alors on avait du la transférer à l'hôpital et la sauver. Mais après...? La blondinette releva la tête vers son frère, dans l'attente de réponse mais celui-ci semblait en état de choc. « Jer' ? Jeremy, tu te sens bien ? » Soudain, il sembla sortir de sa transe et son regard bleu se posa sur sa petite sœur. « Attends, t'es en train de me dire que t'as encore oublié ? » « Encore...? »
    Celui qui veut se souvenir ne doit pas rester au même endroit et attendre que les souvenirs viennent tout seuls jusqu'à lui. Les souvenirs se sont dispersés dans le vaste monde et il faut voyager pour les retrouver et les faire sortir de leur abri.
Quelques minutes plus tard, dans la chambre de Jeremy - « Alors t'es en train de me dire que j'ai essayé de me suicider. Ensuite, Morgann m'a trouvée, elle a appelé l'hôpital et on m'a transférée aux urgences. Je me suis réveillée deux jours plus tard et j'avais tout oublié. Nolla et toute la famille, mon passé... moi. Et puis là, tu me dis que j'ai vu une photo de Nolla et moi, et je me suis soudainement tout rappelé, sauf que j'avais par la même occasion oublié mon amnésie passagère. Tu te fous de moi ? » Zacharie regardait son frère bouchée bée. « Absolument pas. »



chapitretroisième

Broadway - « Arrête de stresser Aria, regarde tes mains ! » Zacharie baissa les yeux sur ses mains. Elles dansaient sur ses genoux. La blondinette releva les yeux vers Evan, la maquilleuse qui c'était occupée d'elle pour les auditions. « Mes mains tremblent toujours. Et je ne suis pas la seule à stresser ! Tout le monde stress, c'est normal. » Comme pour illustrer sa phrase, la jeune fille désigna la salle d'une signe de tête. Partout dans les rangs du Gershwin Theater, on pouvait voir l'angoisse se peindre sur le visage de ceux qui attendaient les résultats. Evan haussa les épaules et reporta son attention sur Zacharie. « Toi, tu ne vas pas stresser. Tu n'es pas tout le monde. » Dans le quart d'heure qui suivit, la tension se fit grandissante et l'atmosphère était électrique. Tous étaient impatients. Quand, enfin, une petite femme rousse, sûrement quinquagénaire si ce n'était pas sexagénaire, s'avança sur la scène, c'était presque si tout le monde ne s'était pas levé pour lui hurler d'annoncer les noms de ceux qui avaient été retenus. Elle lança un regard sur l'assistance qui fit taire par son intensité tous les bavardages. Sans même annoncer quoi que ce soit - à quoi cela aurait-il servit ? Tout le monde savait précisément pourquoi il était ici. « Pour le rôle du Dr Dillamond... » Elle commença à décliner les noms. Peu à peu, la salle se vidait. Des visages furieux ou juste déçus quittaient le théâtre. D'autres restaient pour voir la suite du casting. D'autres encore étaient en larmes et ne pouvaient se résoudre à quitter le public. Et pour fini, d'autres avaient l'air de n'en avoir rien à faire. Comme si tout ça n'était qu'un jeu pour eux. Ceux qui avaient été retenus, qu'ils soit euphoriques, fier ou juste satisfaits, montaient l'un après l'autre sur la scène pour se placer en ligne derrière la femme rousse qui continuer à déblatérer ses noms, comme si elle n'avait aucune conscience de ce qu'il se passait autour d'elle. Quand enfin, elle commença à dire le nom des rôles principaux, Zacharie sentit son ventre se nouer.  « Jayson Kingsley est retenu pour le rôle de Fiyero. » Applaudissements. Un brun se leva pour rejoindre la scène tandis que les autres prétendants à Fiyero s'en allaient. « Pour Glinda, nous avons retenue Ayana McGraw » Zacharie sentit alors toute la tension s'envoler. Elle était prise. Evan la regarda sans comprendre. Ah oui, elle avait omis de lui avouer un détail. Elle se leva et chuchota au passage à son amie « Zacharie ça passe mal comme nom de scène. » Evan sourit et applaudit tandis que Zacharie rejoignait les autres sur scène. «Et enfin, pour le rôle principal d'Elphaba, Anteynara Anderson. Fécilitations à tous et bonne chance. » La femme rejoignit les coulisses tandis qu'une brune montait sur la scène aux côtés de Zacharie. La blondinette sourit en reconnaissant son visage. « Anteynara c'est ça ? » « En effet. Et tu es Zacharie. » « Félicitations pour le rôle d'Elphaba. Il parait que c'est un des plus durs au monde. Puis elle ajouta, et mes amis m'appellent Aria. » « Félicitations Aria. »
    Je serai prise. Je te le promets.








Je m'appelle STRAD' et je suis âgée de 14 petites années de folie. Je trouve Broadway Lights juste parfait ?. D'ailleurs je me suis retrouvée ici grâce à PRD. J'ai un petit truc à dire : je veux un Alex RP ! *out*. Et maintenant que j'y pense, mon personnage est un PV. Le créateur qui a fait ma première bannière est Tumblr, celui qui a créé l'avatar est Shiya, les icons sont de fanpop, celebrity status et Acide Edulcoré, et la dernière bannière a été réalisée par Tumblr.


Dernière édition par Zacharie A. McGraw le Mar 19 Avr - 8:28, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

FONDATRICE


Messages : 551
Points : 186
Date de naissance : 08/07/1985
Age : 32


MessageSujet: Re: ARIA ☂ nobody dies a virgin. life fucks us all.   Dim 17 Avr - 17:44

Spoiler:
 

T'es la prémièèèèèèère
Bienvenue sur BL

_________________


(c) sugar slaughter - Lea Michele "Jar of Hearts"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://broadwaylights.forumgratuit.org


avatar

FUTURE TUTRICE DE BL APRES LE SUICIDE D'ANTEY


Messages : 517
Points : 473
Date de naissance : 31/10/1988
Age : 29


MessageSujet: Re: ARIA ☂ nobody dies a virgin. life fucks us all.   Dim 17 Avr - 17:49

    Merci beaucoooooup ! J'avais bien dit que j'actualiserai toute la soirée

    Le forum est magnifique
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

MODERATRICE


Messages : 270
Points : 25
Date de naissance : 21/11/1988
Age : 29


MessageSujet: Re: ARIA ☂ nobody dies a virgin. life fucks us all.   Dim 17 Avr - 17:50

Bienvenue ma belle (a)
La première **

_________________

UNDERCO'
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

FONDATRICE


Messages : 551
Points : 186
Date de naissance : 08/07/1985
Age : 32


MessageSujet: Re: ARIA ☂ nobody dies a virgin. life fucks us all.   Dim 17 Avr - 17:51

Aw toi aussi tu veux un Alex hein xD

Merci beaucoup en tous cas^^

Tu as fait des modifs sur ta fiche, ou bien je peux te valider sans tout relire ?

_________________


(c) sugar slaughter - Lea Michele "Jar of Hearts"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://broadwaylights.forumgratuit.org


avatar

FUTURE TUTRICE DE BL APRES LE SUICIDE D'ANTEY


Messages : 517
Points : 473
Date de naissance : 31/10/1988
Age : 29


MessageSujet: Re: ARIA ☂ nobody dies a virgin. life fucks us all.   Dim 17 Avr - 17:53

    Winnifried Candice la magnifique J'aurais droit à un p'tit lien ?

    Anteynara Owi, un Alex Non, tout est comme je te l'avais envoyé (valide-moi, valide-moi, VALIDE-MOOOOOI !) *okjesors*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

MODERATRICE


Messages : 270
Points : 25
Date de naissance : 21/11/1988
Age : 29


MessageSujet: Re: ARIA ☂ nobody dies a virgin. life fucks us all.   Dim 17 Avr - 17:54

Si tu as le droit? Babe', je t'en aurais imposé un de toute manière

_________________

UNDERCO'
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

FUTURE TUTRICE DE BL APRES LE SUICIDE D'ANTEY


Messages : 517
Points : 473
Date de naissance : 31/10/1988
Age : 29


MessageSujet: Re: ARIA ☂ nobody dies a virgin. life fucks us all.   Dim 17 Avr - 17:56

    Impose toi, impose toi, je t'en pris (aa)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

MODERATRICE


Messages : 270
Points : 25
Date de naissance : 21/11/1988
Age : 29


MessageSujet: Re: ARIA ☂ nobody dies a virgin. life fucks us all.   Dim 17 Avr - 17:57

J'y compte bien

_________________

UNDERCO'
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

FONDATRICE


Messages : 551
Points : 186
Date de naissance : 08/07/1985
Age : 32


MessageSujet: Re: ARIA ☂ nobody dies a virgin. life fucks us all.   Dim 17 Avr - 17:58

T'es sure que tu veux que je te valide ? Vraiment ?

Bon ok c'est bon, je te valide.
Tu peux aller ouvrir ton sujet de liens, topics et tout le tralala, faire un tour par ici (http://broadwaylights.forumgratuit.org/t67-voix) et par là éventuellement (http://broadwaylights.forumgratuit.org/f75-annexe-comedies-musicales).

Enjoy (:

Spoiler:
 

_________________


(c) sugar slaughter - Lea Michele "Jar of Hearts"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://broadwaylights.forumgratuit.org


avatar

FUTURE TUTRICE DE BL APRES LE SUICIDE D'ANTEY


Messages : 517
Points : 473
Date de naissance : 31/10/1988
Age : 29


MessageSujet: Re: ARIA ☂ nobody dies a virgin. life fucks us all.   Dim 17 Avr - 18:15

    Merci
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé







MessageSujet: Re: ARIA ☂ nobody dies a virgin. life fucks us all.   

Revenir en haut Aller en bas
 

ARIA ☂ nobody dies a virgin. life fucks us all.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

+
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Broadway Lights :: ♪ CHARACTERS :: « stories » :: « validées »-
Sauter vers:  
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit